• This is a temporary post that was not deleted. Please delete this manually. (e72159f0-a4f8-4eba-b0b7-63e655a9d0aa - 3bfe001a-32de-4114-a6b4-4005b770f6d7)


    votre commentaire
  • Dans le cadre du généathème de ce mois de novembre, je fais le tour des Poilus de mon arbre. Dans mon arbre, je retrouve des soldats de la 1ère Guerre Mondiale dans la génération de mes arrières-grand-parents.



    Côté paternel



    Tout d'abord, le premier Poilu que je trouve est Albert GIRARDOT. D'abord exempté pour faiblesse générale, il est mobilisé le 11 avril 1917 et rejoint le 79ème régiment d'infanterie du 21 mai 1917 au 1er juin 1918. Il combat ensuite sous les drapeaux du 10ème régiment d'infanterie. Depuis le 2 février 1918, il participe à la campagne d'Orient. Il revient dans ses foyers le 7 avril 1919. Il décède le 20 février 1927 à l'âge de 39 ans.



    Ensuite, le second Poilu de mon arbre est Philibert GAUDOT. Il est mobilisé, dès le début du conflit. J'ai déjà écrit un article sur ce blog à son sujet. Vous pouvez le retrouver ici. Il meurt à l'âge de 81 ans le 8 avril 1969.



    [caption id="attachment_1290" align="aligncenter" width="300"] image pxhere[/caption]

    Côté maternel



    Antoine MOUILLEVOIS est mobilisé également dès le début du conflit. Antoine est blessé le 28 avril 1915 à Villers Franqueux. Le 1er Mars 1919 est le jour de sa démobilisation. Il meurt le 19 juillet 1954 à l'âge de 78 ans. J'ai également écrit un article à son sujet: Antoine, poilu de 14-18.



    Enfin, le dernier de mes arrières-grand-pères à avoir combattu pendant la grande guerre est François GACON. Il est lui aussi mobilisé dès le début du conflit et renvoyé dans ses foyers avant la fin des combats, le 6 novembre 1917. Il meurt le 27 novembre 1921 à l'âge de 44 ans. Un article évoque également plus largement sa vie et sa participation au conflit de 14-18 ici.



     

    Parmi mes ancêtres, il n'y a donc aucun Mort pour la France. Cela n'enlève toutefois rien au fait qu'ils se sont battus pour nous, qu'ils ont mis de côté 5 longues années de leur vie entre parenthèses. Ils sont revenus avec des blessures physiques, et certainement bien d'autres traumatismes.






    Pin It

    votre commentaire
  • Dans la noirceur de la guerre, nos Poilus ont eu quelques moments de répit. Deux objets sont venus jusqu’à moi pour en témoigner.

    Le premier document est une carte postale envoyée par mon arrière-grand-père Philibert GAUDOT.

    carte postale Gaudot Philibert-1915

    Cette carte a été écrite  le 28 janvier 1915. Le lieu où il a été écrit est incertain et difficile à déchiffrer.

    Il faut préciser que Philibert Gaudot était illettré. C'est un autre soldat de son régiment qui écrivait les lettres destinées à son épouse Marie MARCHAND. Philibert était  jeune marié. Ils se sont mariés le 02 juin 1913. Lorsque la guerre est déclarée, Marie est enceinte et Louise, ma grand-mère paternelle vient au monde le 26 octobre 1914. D'ailleurs, dans le mot il évoque sa petite fille qui il l'espère "profite bien".

    L'autre document est un cahier rempli de chansons.

    cahier chansons

    Je vous en livre une parmi tant d'autres. Il s'agit de "la Clermontoise":

    chanson la clermontoise1chanson la clermontoise2

    On peut remarquer combien l'écriture est belle. Il y a certes quelques fautes d'orthographe. Je ne sais pas qui écrivait pour mon arrière-grand-père. J'ai même l'impression que plusieurs personnes ont écrit pour lui, vu que l'écriture sur les cartes est différente de celle du cahier. Que ce cahier ait traversé le 20ème siècle pour venir jusqu'à moi montre l'importance de l'écrit pour quelqu'un de cette génération. Je m'explique: il n'a pas eu la chance d'avoir accès à l'instruction publique, qui avait du mal alors à faire sa place dans la campagne bourbonnaise. Même à la génération suivante, celle de sa fille, l'absentéisme était encore souvent la règle. Cette dernière, qui comme je l'ai écrit plus haut, m'a souvent raconté que lors des travaux aux champs, elle y était conviée. Cet absentéisme n'était pas un mépris de l'instruction, mais une nécessité économique.

    Pin It

    votre commentaire


  • Le livret militaire est un document qui m'a aidé à démarrer ma généalogie. Il comporte en effet des informations intéressantes notamment l'identité des parents. En ce qui concerne mon arrière grand-père , mon sosa n°10, ce livret nous informe qu'il a fait son service militaire de 1907 au 25 septembre 1910. Trois longues années de services militaire donc. Et puis 1914 est arrivé. Il est mobilisé dès le début de la guerre, et cela jusqu'en avril 1919. Au total, ce sont huit longues années sacrifiées. Sa fille (ma grand-mère) est née en octobre 1914. Elle n'a donc connu son père qu'à partir de 4 ans et demi. 




    Même si on connaît l'Histoire, c'est à travers ce genre de document que l'on se rend compte de l'impact qu'a pu avoir cet élément majeur de l'Histoire du XX ème siècle.






     La première page du livret militaire de Philibert Gaudot











    dernière page du livret militaire













    fascicule de mobilisation










    Démobilisation de Philibert Gaudot, le 2 Avril 1919

    votre commentaire
  • Le livret militaire est un document qui m'a aidé à démarrer ma généalogie. Il comporte en effet des informations intéressantes notamment l'identité des parents. En ce qui concerne mon arrière grand-père , mon sosa n°10, ce livret nous informe qu'il a fait son service militaire de 1907 au 25 septembre 1910. Trois longues années de services militaire donc. Et puis 1914 est arrivé. Il est mobilisé dès le début de la guerre, et cela jusqu'en avril 1919. Au total, ce sont huit longues années sacrifiées. Sa fille (ma grand-mère) est née en octobre 1914. Elle n'a donc connu son père qu'à partir de 4 ans et demi. 
    Même si on connaît l'Histoire, c'est à travers ce genre de document que l'on se rend compte de l'impact qu'a pu avoir cet élément majeur de l'Histoire du XX ème siècle.


     La première page du livret militaire de Philibert Gaudot
    dernière page du livret militaire
     
     
     

     

     
    fascicule de mobilisation
    Démobilisation de Philibert Gaudot, le 2 Avril 1919
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique